Expédition Caribou
Nature

N/a’an ku sê, visite d’un sanctuaire sauvage

Share Button

Et oui, ça ressemble pas vraiment au Canada ça ! C’est normal, c’est l’Afrique ! Et plus précisément la Namibie.

J’ai la chance d’avoir un client là bas à qui j’ai du rendre visite. Et donc quitter l’hiver Canadien pour l’été étouffant de l’Afrique du Sud Ouest.
Et après quelques jours de travail intense, j’ai pu me libérer 2 jours pour visiter ce magnifique pays.

Bon les routes sont peu nombreuses, mais les pistes feront l’affaire.

Les paysages sont très secs. C’est simple, il a pas vraiment plu depuis 5 ans !
Les conséquences sont désastreuses : les réserves d’eau s’assèchent, et les parcs doivent même nourrir les herbivores et remplir les points d’eau.

J’ai passé ma première journée à N/a’an ku sê, un sanctuaire pour animaux. J’avais vu un reportage dans l’avion sur sa fondatrice et l’approche m’avait emballé. De nombreux carnivores sont malheureusement dans des enclos, plutôt grand heureusement, mais les rangers n’ont pas le choix. La plupart des animaux ont été recueillis orphelins ou déjà habitués à l’homme. Dans cette situation, impossible de les relacher dans la nature.

Je vous emmène faire un tour.

On commence par le licaon. C’est simple, c’est un des carnivores le plus dangereux pour l’homme. Les soigneurs rentrent dans l’enclos à 6 pour ne pas risquer une attaque. Apparemment, ils mangent leur proie vivante. Intéressant !

Viennent ensuite les babouins. Il y en a partout en Namibie. J’en ai croisé des dizaines sur la route de l’aéroport. Malgré le fait qu’il castrent les males, d’autres males arrivent à rentrer dans l’enclos pour féconder les femelles !

Le plus beau maintenant, le caracal. Un mélange entre un chat et un lion. Superbe.

Nous arrivons maintenant à la rencontre d’un membre du big 5, le léopard.
Quelle classe !

S’en suit une des espèces les plus présentes en Namibie, le guépard. Regardez la façon dont il mange. C’est le carnivore le plus faible de la savane. Il est donc toujours l’affut et prêt à galoper, dans le cas où un autre prédateurs voulait lui voler son repas. C’est aussi le plus rapide. Mais ils meurent souvent assez jeunes. Perdant en vitesse, ils se retrouvent sans leur principal atoût.

Le roi de la jungle maintenant : le lion. Le mâle se tient toujours en retrait vis à vis de la femelle. On sait qui tient la culotte ! Quel regard !

A suivre…

One comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.